Interview

«  Il est primordial que les salons puissent avoir lieu  »

Le 01/07/2020
par CMA de la Dordogne
Pauline de Raymond-Cahuzac, chargée de développement métiers d’art.
Partager :

Le Monde des Artisans : Quelles ont été les conséquences de la crise sur les artisans en métiers d’art ?

Pauline de Raymond-Cahuzac : L’événementiel a été le premier secteur touché par la crise sanitaire et sera le dernier à repartir. Or, les événements sont l’un des principaux débouchés pour les professionnels des métiers d’art. C’est d’ailleurs l’un des points fondamentaux qui ressort des enquêtes terrain d’Ateliers d’Art de France et de l’Institut National des Métiers d’Art. Sans compter les difficultés rencontrées par les professionnels pour réussir à s’approvisionner pendant le confinement en matières premières… enjeu majeur pour créer les stocks qu’ils écoulent sur les marchés et les salons d’art pendant la période estivale. Pour certains d’entre eux, les événements constituent le seul et unique débouché. Et pour la majorité, la plus grande part de leur chiffre d’affaires. Sans stocks suffisants et sans perspectives de vente cet été, leur activité est en péril.

LMA : Comment vont-ils pouvoir rebondir ?

PR-C : Certains artisans n’ont pas attendu pour rebondir en mettant en place des solutions numériques via la création d’e-boutique et l’animation de leurs réseaux sociaux, ce qui leur a permis de garder le contact avec leur clientèle pendant la période de confinement. Pour certains, la crise ne fait qu’accélérer cette transformation numérique. Néanmoins avec les métiers d’art, nous sommes dans un rapport sensoriel de la matière. Le toucher est primordial et le tout numérique ne pourra pas tout. Voir, soupeser, effleurer un objet artisanal, qu’il soit utilitaire ou décoratif, est indispensable pour en apprécier toutes les subtilités et c’est ce qui le différencie de la production industrielle. C’est pourquoi il est primordial que les salons puissent avoir lieu cet été et à l’automne, tout en mettant en place des mesures barrière. À l’échelle du département, une enquête terrain a été menée en Dordogne avec les associations et réseaux métiers d’art pour analyser finement les besoins et voir ce qui pouvait être mis en œuvre avec les collectivités. Par ailleurs à l’échelle de la Région, la filière métiers d’art est reconnue comme une filière prioritaire. Cette dernière a mis en place des prêts de trésorerie à taux zéro à destination des métiers d’art et suit avec attention l’évolution de la situation. L’enjeu aujourd’hui est d’inciter les consommateurs à acheter local et à faire appel au savoir-faire des professionnels métiers d'art. C’est le sens du message que nous souhaitons faire passer avec le carnet de route des métiers d’art Dordogne-Périgord, disponible dès à présent.

p.deraymond-cahuzac@cm24.fr
Toute l'actualité des artisans d'art de Dordogne
sur Facebook "Métiers d'art Dordogne Périgord"

 

 

Partager :