Se connecter
National Actualités
Baromètre de l’artisanat

L’apprentissage reprend des couleurs

La dernière édition du baromètre Institut Supérieur des Métiers-MAAF met en exergue les tendances d’évolution, marquées par un regain des inscriptions en première année, dans le secteur de l’apprentissage artisanal.

Une reprise des inscriptions en première année

Après plusieurs années de baisse, l’année 2015-2016 marque une légère reprise des entrées en apprentissage dans les métiers de l’artisanat (+2 %), avec 73 135 inscriptions. Si les effectifs dans les activités de l’alimentation n’ont pas cessé d’augmenter (+3 %), l’année 2015-2016 marque également une reprise de l’apprentissage dans les activités de services (+1 %), telles que la réparation automobile et les soins de beauté. L’évolution reste moins favorable dans l’artisanat de fabrication et du BTP.

Sur un total de 405 000 apprentis scolarisés en France, les entreprises artisanales en ont formé et employé 143 000 (35 % du total), confirmant leur place de premiers employeurs d’apprentis en France. Les TPE artisanales des régions de l’Ouest (Pays de la Loire, Normandie et Centre-Val de Loire) ont le taux de pénétration le plus fort, avec un apprenti pour cinq entreprises (la moyenne est d’un apprenti pour sept entreprises).

Un quart des apprentis formés (26 %) sont des femmes.

Évolution des apprentis inscrits en 1re année

Des apprentis de plus en plus qualifiés

Deux tiers des diplômes préparés (69 %) sont de niveau V : CAP, MC, etc. Pour autant, l’apprentissage artisanal se développe dans l’enseignement supérieur, et les apprentis démarrant une formation post-bac sont de plus en plus nombreux (+9 %). Au total, sur l’année 2015-2016, 11 400 apprentis ont préparé des diplômes de niveau bac+2 à bac+5, majoritairement des BTS (aménagements paysagers, gestion de PME-PMI, négociation et relation clients…) ou DUT.

L’apprentissage aux métiers de l’artisanat, une voie de réorientation

La moitié des artisans démarrent leur formation à la sortie du collège, 20 % dans le cadre de leurs études. 30 % se réorientent après le lycée, l’université ou un emploi. 31 % des inscrits en 1re année de CAP sont en réorientation, tout comme 31 % des inscrits en 1re année de bac pro et 17 % en 1re année de BTS.

L’apprentissage, tremplin d’accès à l’emploi

Plus de la moitié des apprentis (60 %) ont trouvé un emploi dans les sept mois suivant la fin de leur formation. Ce niveau est le même qu’en 2012, après deux années de baisse. Le taux d’emploi s’élève avec le niveau de diplôme des apprentis : 56 % des diplômés sortant de CAP sont en emploi, contre 77 % des détenteurs d’un brevet professionnel, 73 % d’un bac pro et 75 % d’un BTS.

Dans 53 % des cas, l’employeur est l’ancien maître d’apprentissage. Le taux de maintien dans l’entreprise croît avec le niveau de formation.

La moitié des anciens apprentis en emploi sont en CDI. Le taux est plus élevé pour les apprentis embauchés dans l’entreprise où ils ont effectué leur formation (66 %) et pour les détenteurs d’un diplôme de niveau IV (59 %).

 

 

 

 

 

 

 

Situation des jeunes sept mois après leur sortie d’apprentissage

Consulter l'étude complète sur le site de l'ISM.

Sources : les données du baromètre sont issues de l’exploitation, par l’Institut Supérieur des Métiers, de fichiers de données nationaux (INSEE, ACOSS-URSSAF, Banque de France, etc.) sur le champ de l’artisanat.

Partager :

Fil infos

| 15/12 | 15:15 |
Sociétés
| 15/12 | 14:15 |
Hauts-de-Seine
| 14/12 | 15:00 |
Droit à la connexion
| 14/12 | 09:15 |
Chambres consulaires
| 13/12 | 11:00 |
Centre-villes