Usages numériques

Les TPE-PME préfèrent les réseaux sociaux

Le 11/12/2019
par Samira Hamiche
L'Afnic a récemment dévoilé la 2e édition de son étude "Réussir avec le web", portant sur la présence en ligne des TPE et PME. Résultats : si les entreprises estiment fondamental d'être visible sur le web, elles manquent encore trop souvent de temps et de moyens financiers pour concrétiser leurs ambitions. Elles courent alors le risque de disperser leurs efforts, notamment en privilégiant les réseaux sociaux.
Partager :

L'association en charge des extensions de domaine en .fr, l'Afnic, a dévoilé le 9 décembre les résultats de son étude « Réussir avec le web », portant sur les usages numériques de plus de 3 000 TPE et PME françaises. Le Monde des Artisans est partenaire de la deuxième édition de cette enquête, dont les données ont été collectées en ligne entre septembre 2018 et août 2019 (voir ici : les résultats de l'édition 2018 - notre questionnaire).

Les réseaux sociaux privilégiés

Premier constat : 7 sondés sur 10 (70 %) estiment que la présence sur les réseaux sociaux et/ou l'existence d'un site Internet sont cruciales pour une entreprise. Quelque 22 % considèrent simplement que c’est "utile" : pour présenter leur activité (63 %), être trouvé facilement (48 %), communiquer avec leurs clients et prospects (40 %) et vendre en ligne leurs produits et services (36 %).

Les petites entreprises sont davantage présentes sur les réseaux sociaux (76 %) que via un site internet (69 %). Une stratégie pas forcément payante, car comme le note l'Afnic dans son analyse, "un site permet d’être autonome et de développer sa stratégie commerciale".

"Pour un coiffeur par exemple, être visible sur une carte en ligne et disposer d’un site internet où sont détaillés les horaires et tarifs, voire un module de prise de rendez-vous, sont des avantages indéniables pour se démarquer et attirer une nouvelle clientèle", Pierre Bonis, directeur général de l’Afnic.

Budgets serrés

Près de deux tiers des TPE - PME (63 %) consacrent moins de 300 € par an à leur stratégie web, quand  24 % investissent entre 300 euros et 1 000 euros par an.

Seul un tiers des chefs d'entreprise interrogés ont recours à la publicité en ligne. Parmi eux, 26 % achètent de la publicité sur les réseaux sociaux, 10 % font sponsoriser le lien de leur site sur les moteurs de recherche et 3 % achètent des bannières sur des sites à fort trafic. 

Se pose aussi la question de la rentabilité : le retour sur investissement reste abstrait. Si 46 % des entrepreneurs interrogés considèrent qu’être présent sur Internet est utile à leur activité, ils estiment impossible d'évaluer la rentabilité de leur stratégie. Quelque 21 % estiment que c’est "peu rentable", et 10 % pensent que ce n’est "pas rentable du tout".

>> Consulter l'étude complète

Partager :