Initiatives

Pour trouver des professionnels qualifiés, il faut en former !

Le 19/06/2019
par CMA des Vosges
« On ne trouve pas de professionnels dans nos métiers donc on les forme et beaucoup restent par la suite dans l’entreprise. » Telle est la devise de Balland Carrelage qui, depuis quelques années, forme aussi de jeunes migrants.
Partager :
Une partie de l’équipe des dix apprentis de Balland Carrelage en route pour les chantiers : Isahq Masood, Florian Simon, Kenny Genin, Seydou Ballo, avec le dirigeant Philippe Balland.Une partie de l’équipe des dix apprentis de Balland Carrelage en route pour les chantiers : Isahq Masood, Florian Simon, Kenny Genin, Seydou Ballo, avec le dirigeant Philippe Balland.

Chez Balland Carrelage à Deyvillers, "c’est une tradition de former des apprentis. La plupart de nos ouvriers ont été apprentis chez nous", explique Philippe Balland, le dirigeant, qui a pris la succession de ses parents avec ses frères et sa sœur en 1998. Balland Carrelage a été fondé il y a 53 ans. L’entreprise, qui travaille à 80 % pour des particuliers sur les Vosges, l’Alsace et la Meurthe-et-Moselle, emploie aujourd’hui 32 personnes. Actuellement, elle forme 10 apprentis en CAP et BP carreleur. "Des carreleurs professionnels, on n’en trouve pas beaucoup, ajoute Philippe, alors nous nous engageons à en former. On organise le travail en équipe de deux : un ouvrier, un apprenti. On reçoit peu de demandes d’apprentissage, et nous avons de moins en moins de jeunes qui sortent d’une troisième : les collégiens se dirigent généralement vers un bac. Ils reviennent vers nos métiers à 18-19 ans à la fin d’une première. Je ne sais pas à quoi ça tient ? L’orientation ? Les parents ? D’autres arrivent après un premier apprentissage dans un tout autre domaine… On doit s’adapter à ce nouveau public plus âgé. Globalement, on sait dès les trois premiers mois si ça va aller ou non. On teste. Il faut de la patience."

De jeunes migrants

"Depuis quelques années, nous accueillons de jeunes migrants en formation. Nous en avons cinq actuellement : 4 en CAP et 1 en BP. Ils ont 17-18 ans (selon leur déclaration). Ce sont les professeurs et les tuteurs qui viennent en entreprise pour nous présenter les candidats. C’est la mission locale d’Épinal qui les envoie vers les CFA. Ces jeunes s’intègrent très bien ; ils sont très volontaires. Ils reçoivent un soutien en langue et… ce sont eux qui décrochent les meilleures notes en français au CFA !" Ils sont formés au BTP CFA des Vosges à Arches.

Informations apprentissage 2019 : www.cma-vosges.fr 

Un référent « primo-arrivants » à la Mission Locale

À la mission locale d’Épinal, le conseiller Mohamed Boulaaroug est référent "primo-arrivants" : mineurs non accompagnés et publics réfugiés. Les jeunes sont suivis par Adali Enfance*. "L’année dernière nous avons signé une vingtaine de contrats d’apprentissage. Les activités retenues dans le programme sont l’industrie, la restauration-hôtellerie, le bâtiment. Les jeunes sont très motivés. Avant de signer un contrat d’apprentissage, le jeune effectue dans l’entreprise un stage préalable qui peut durer jusqu’à un mois. Cela permet au candidat de découvrir le métier, et à l’employeur de valider la motivation du jeune."

Adali est une association qui œuvre pour l’insertion sociale et le logement. Elle gère également l’accueil des mineurs isolés étrangers ou mineurs non accompagnés. Elle met en oeuvre un dispositif d’accueil et d’accompagnement adapté à ces jeunes âgés de 16 à 18 ans, ainsi que pour les jeunes majeurs ayant signé un contrat avec le Conseil départemental des Vosges.

Pour joindre le référent « primo-arrivants » à la mission locale d'Épinal, appelez le 03 29 82 23 05.

Partager :