Soutien

Rentrée 2021 : la fin des aides globales a sonné

Le 31/08/2021
par Laëtitia Muller
Le ministre de l’Économie, entouré de son ministre délégué aux PME et de ses homologues du Travail et du Tourisme, a tenu un point presse ce lundi 30 août, à l’issue d’une réunion avec les représentants des différents secteurs économiques très affectés par la crise. Objectif : sonner la fin des aides globales et détailler son plan taillé sur mesure pour la rentrée.
Partager :
Le lundi 30 août, Bruno Le Maire a rencontré les représentants des secteurs économiques affectés par la crise sanitaire pour faire le point sur les mesures d’aide.

La fin du fonds de solidarité programmée pour fin septembre

L’annonce était attendue : le fonds de solidarité, dans son fonctionnement actuel, sera supprimé le 30 septembre, excepté pour "l'Outre-mer encore soumis à des obligations de fermeture administrative" a précisé le ministre de l’Économie.

Bercy a tenu à rassurer et a annoncé dans la foulée des aides "sur mesure" pour les secteurs encore en difficulté.

Un soutien sur mesure via l’aide coûts fixes

Le fonds de solidarité sera remplacé, dès le mois d’octobre, par le dispositif de prise en charge des coûts fixes légèrement remanié.

La mesure bénéficiera aux entreprises qui ne parviennent pas à couvrir leurs charges avec leurs recettes du fait des conséquences de la crise.

L’indemnisation variera entre 90% pour les entreprises de moins de 50 salariés, et 70% pour celles comptant plus de 50 salariés.

Jusqu’à présent réservée aux entreprises qui réalisent plus d’un million d'euros de chiffre d’affaires annuel, cette aide sera désormais ouverte à tous à la condition néanmoins d’avoir réalisé 15% de son chiffre d’affaires.

Bercy veut ainsi éviter les "effets d’aubaine", en somme : des entreprises qui restent volontairement fermées alors qu’elles pourraient rouvrir, uniquement pour percevoir les aides.

Chronique d’une mort annoncée de tout un panel d’aides

Les exonérations de charges sont supprimées dès le 1er septembre. Les cotisations sont en conséquence de nouveau exigibles aux dates prévues.

→ Une exception toutefois pour les entreprises toujours soumises à des restrictions : ces dernières pourront demander un report de leurs cotisations patronales.

Du côté de l’activité partielle, l’extinction progressive poursuit sa route. Le reste à charge passe à 40% pour toutes les entreprises.

Là encore Bruno Le Maire veut rassurer les structures victimes de restrictions sanitaires et annonce des dérogations pour celles-ci.

→ Les salariés percevront quant à eux 72% de leur rémunération nette.

Les prêts garantis par l’État (PGE) n’étaient pas à l’ordre du jour de la réunion, le ministre de l’Économie doit prochainement rencontrer les acteurs du secteur bancaire pour évoquer le sujet…

Une rentrée avec des suivis individualisés

Les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration, du tourisme et de la culture continuent de pâtir des conséquences de la crise sanitaire. Bruno le Maire a annoncé prévoir des plans spécifiques pour chacun des secteurs les plus fragilisés avec des aides sur mesure.

→ Il en est de même pour les micro-entrepreneurs et les travailleurs indépendants. Alain Griset, leur ministre, finalise le plan qui leur est dédié.

Présenté courant septembre, il devrait contenir des mesures pérennes pour accompagner les plus petites structures.

Bruno Le Maire s’est montré confiant pour cette rentrée entrepreneuriale :

"L’activité économique du pays tourne à 99% de ses capacités d'avant-crise (...) et le passe sanitaire n'a pas d'impact sur l'activité économique du pays, à une ou deux exceptions près comme les centres commerciaux", selon le ministre qui veut croire en l’embellie économique.

La prochaine échéance est fixée au 30 novembre pour (ré)évaluer les aides si besoin.

Partager :