Vente

Soldes d’été : coup d'envoi finalement le mercredi 30 juin !

Le 09/06/2021
par Julie Clessienne
Fin de l'incertitude : le report d'une semaine des soldes d'été vient d'être officialisé. Elles démarreront ainsi le 30 juin, et non le 23, et se termineront le mardi 27 juillet. Une décision loin de satisfaire le secteur et les commerçants qui viennent à peine de réouvrir…
Partager :

Les soldes d’été seront bien décalées d'une semaine et se tiendront donc du 30 juin au 27 juillet.

Ce nouveau calendrier s'applique également aux ventes en ligne.

Un calendrier différent selon les départements

Les particularités locales entrent en compte, entraînant cette année des dates différentes dans certains départements de métropole et dans les DOM-TOM.

  • Tous (sauf départements ci-dessous) : du mercredi 30 juin à 8h00 au mardi 27 juillet
  • Alpes-Maritimes et Pyrénées-Orientales : du mercredi 7 juillet à 8h00 au mardi 3 août
  • Corse (2A et 2B) : du mercredi 14 juillet à 8h00 au mardi 10 août
  • Guadeloupe : du samedi 25 septembre à 8h00 au vendredi 22 octobre
  • Martinique : du jeudi 7 octobre à 8h00 au mercredi 3 novembre
  • La Réunion : du samedi 6 février à 8h00 au vendredi 5 mars
  • Saint Pierre-et-Miquelon : du mercredi 21 juillet à 8h00 au mardi 17 août
  • Saint-Barthélemy : du samedi 9 octobre à 8h00 au vendredi 5 novembre
  • Saint-Martin : du samedi 9 octobre à 8h00 au vendredi 5 novembre

Une solution loin de satisfaire tout le monde

Cette décision fait suite à des concertations menées avec les représentants des organisations du commerce et de consommateurs, comme l’a fait savoir Alain Griset, le ministre en charge des PME.

Pourtant, une partie des organisations professionnelles, à l'instar de la Confédération des commerçants de France, est déçue de ce report trop timide et s'inquiète de ses répercussions économiques. 

En raison des périodes de fermeture, ils préconisaient plutôt un démarrage des soldes d'été début juillet, afin de profiter, durant quelques semaines au moins, de marges normales sur les ventes des collections printemps-été.

Selon la CDF, ce choix pourrait être "lourd de conséquences pour les commerçants indépendants, qui s’estiment aujourd’hui être sacrifiés, écartés par le lobbying et la voix plus puissante, plus influente, portés par le grand commerce".

Outre l'accumulation des stocks durant les mois de fermeture imposées, les petits commerçants vont effectivement devoir composer avec des trésoreries bien impactées et des doutes quant à la reprise de la consommation, les clients ayant pris, depuis le début de la crise sanitaire, d’autres habitudes (moins de déplacements, plus de commandes en ligne…).

Partager :