Se connecter
Fil Infos
Arrêts maladie

E. Philippe exclut toute "mesure brutale"

Dans un entretien au Journal du Dimanche publié le 26 août, le Premier ministre Edouard Philippe revient sur les grands chantiers budgétaires de la rentrée.

Interrogé sur la piste d'une prise en charge des arrêts maladie de courte durée par les employeurs, le chef du gouvernement dit "écarter l’hypothèse d’une mesure brutale de transfert vers les entreprises". "Nous avons pris beaucoup de mesures pour stimuler l’activité des entreprises et l’investissement ; on ne va pas envoyer de contre-message", tente-t-il par ailleurs de rassurer. Et de tempérer : "je le répète, il faut trouver une solution pour contenir ces dépenses", note ainsi Edouard Philippe. 

"L’enjeu des arrêts maladie est considérable. Chaque année, un peu plus de 10  milliards d’euros sont consacrés à l’indemnisation des salariés arrêtés, et ce volume progresse de plus de 4 % par an. En trois ans, le nombre de journées indemnisées est passé de 11 à 12 par an et par salarié du privé. C’est comme si notre pays avait instauré un jour de congé supplémentaire !", s'insurge le Premier ministre.

Ces déclarations interviennent quelques jours après la publication par L'Express d'éléments d'un courrier de Muriel Pénicaud, dans lequel la ministre du Travail demande à Edouard Philippe d'abandonner le projet

Partager :

Fil infos

| 13/02 | 15:00 |
Société
| 13/02 | 10:15 |
Métiers d'art
| 12/02 | 10:45 |
entreprises
| 12/02 | 10:00 |
Aides aux entreprises
| 31/01 | 15:00 |
Reprise d'entreprise