Se connecter
National Actualités
Études à l'étranger

Erasmus : l'accès aux apprentis facilité

Le 01/03/2019
par lemondedesartisans.fr
Erasmus apprentis
En 2017, les alternants français ont été six fois moins nombreux que les étudiants à bénéficier d'une bourse Erasmus. Afin de rétablir l'équilibre en motivant les jeunes apprentis à se former (en partie) dans un autre pays de l'Union européenne, plusieurs leviers incitatifs ont été mis en place.

Depuis la création de la bourse Erasmus, en 1995, 160 000 jeunes en apprentissage ou contrat de professionnalisation ont pu se former en partie dans un autre pays de l'Union européenne. 

Un chiffre, hélas, à pondérer... Car en 2017, seuls 6 800 apprentis ont bénéficié d'une bourse Erasmus. Soit six fois moins que les jeunes partis la même année sous le statut d'étudiants (44 000).

Objectif ambiteux

Depuis de longues années, l'association Euro App' se mobilise pour élargir les perspectives des apprentis et rétablir la justice entre les statuts d'alternant et d'étudiant. Soutenue par l'eurodéputé Jean Arthuis, l'association a récemment présenté le bilan de ses derniers travaux. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a salué à cette occasion son engagement : "une expérience de mobilité professionnelle à l’étranger constitue une réelle plus-value pour trouver un emploi". 

L'objectif du ministère du Travail est de générer 15 000 mobilités par an à l’horizon 2022, soit le double de la situation actuelle.

Dispositif renforcé par la loi Avenir Pro

Pour rappel, la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel a consacré plusieurs mesures incitatives pour la mobilité des apprentis, entrées en vigueur le 1er janvier 2019 :

  • protection sociale systématique ;
  • suspension de l’exécution de certaines clauses des contrats d’apprentissage et de professionnalisation clarifiant la responsabilité de l’employeur pendant la période de mobilité
  • possibilités élargies de reconnaissance des compétences acquises pendant les périodes de mobilité par le contrôle en cours de formation ;
  • mise en place de référents mobilité dans les CFA
  • prise en charge de certaines dépenses (référents, dépenses liées à la protection sociale…) par les OPCO ;
  • possibilité de conserver le régime de mise à disposition pour les mobilités de moins de 4 semaines.

Afin qu’apprentis, CFA et entreprises s’approprient ces nouvelles dispositions, le ministère du Travail a mis en ligne des kits pour faciliter l’accès à l’Erasmus de l’apprentissage.

Pour les consulter, rendez-vous sur travail-emploi.gouv.fr.

Partager :

Fil infos

| 08/03 | 09:30 |
Opinion
| 07/03 | 12:15 |
Grand débat de l'artisanat
| 04/03 | 09:30 |
Focus métier
| 01/03 | 19:45 |
Formation