Se connecter
National Actualités
Bâtiment

Vols sur les chantiers : adoptez les bons réflexes

Vidéosurveillance chantier
"Modeste" larcin ou vol de machines et matériaux coûteux : un vol sur un chantier du BTP reste un événement grave. Pour vous en prémunir, suivez ces quelques règles de prévention.

L'été, les vols sur les chantiers sont monnaie courante. Dans ce contexte, la Fédération française du bâtiment (FFB) a souhaité rappeler aux artisans du bâtiment quelques règles de bonne conduite à adopter pour se prémunir des vols.

Il convient, indique l'organisation, de protéger vos ouvrages et équipements. N'hésitez pas à recourir si besoin à une société spécialisée de gardiennage ou de vidéosurveillance. Il est également possible d'être mis en relation avec des référents sûreté de la police et de la gendarmerie. La FFB rappelle en outre l'efficacité des puces RFID (procédé de surveillance électronique peu coûteux pour les entreprises).

Veillez à ce que chaque intervenant soit identifiable (démarche facilitée par la carte professionnelle, en vigueur partout en France à compter du 1er août) et signalez les intrus.
Ne confiez pas à des inconnus des informations sensibles (date de livraison de matériaux par exemple).

Vigilance renforcée à la veille des périodes "creuses"

Statistiquement, les veilles de week-end et de fêtes, ainsi que les périodes de vacances sont les plus propices aux vols. Ainsi, à ces moments-là :

  • ne laissez pas traîner de machines, outils ou matériaux de construction que l'on peut facilement emporter
  • évitez de faire le plein de carburant en fin de journée
  • remportez ce qui peut l'être et rangez ce qui doit l'être dans des lieux de stockage fermés
  • ne faites pas livrer de matériaux ou équipements "sensibles" la veille d'un arrêt d'activité du chantier, en particulier un vendredi soir ou une veille de fête.

Que faire en cas de vol ?

Il faut immédiatement porter plainte auprès du commissariat ou de la gendarmerie du secteur.

La police technique et scientifique intervient dans les 24h suivant la déclaration de vol. Pour faciliter les investigations, il est crucial de laisser les lieux en l'état (relevé d'empreintes de pas, empreintes digitales, etc...).

Dans le cadre d'un protocole d'accord conclu entre le Ministère de l'Intérieur et la FFB, les procédures sont facilitées. En outre, la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) tient un fichier national des matériels volés.

Quid du dédommagement ?

En cas de vol, une entreprise du bâtiment fait face à plusieurs coûts :

  • remplacement des matériaux et équipements volés
  • réparations, si des dégradations ont été commises
  • éventuelles pénalités de retard.

Or, les garanties d'assurances classiques ne sont souvent pas à hauteur de ces coûts. Pour être correctement dédommagé, il est préférable de souscrire un contrat d'assurance "tous risques chantiers".

Les garanties peuvent aussi être souscrites au cas par cas, en fonction des risques présentés par le chantier. En outre, certaines assurances proposent des prix avantageux et des franchises minorées aux entreprises recourant à des dispositifs de sûreté agréés.

http://www.ffbatiment.fr

Partager :

Fil infos

| 18/08 | 14:30 |
Enquête
| 18/08 | 08:30 |
Ubérisation
| 17/08 | 15:45 |
Recherche d'emploi
| 17/08 | 09:30 |
Emploi
| 16/08 | 10:15 |
Economie circulaire