Regards croisés

Le micro devenu macro

Le 18/11/2019
par Sophie de Courtivron
Depuis l’origine, les artisans réclament que le régime de micro-entrepreneur (initialement auto-entrepreneur) soit un « sas » permettant à l’entrepreneur, au bout de deux ans maximum, d’opter pour un statut de droit commun, assurant la pérennité de son entreprise. En vain. Le « squatteur » s’est installé, il fragilise les entreprises classiques, et prend de plus en plus de place.