Se connecter
National Actualités
Perspectives

Jeunes, handicap et artisanat d’art

Atelier verrerie handiréseau
Focus sur les résultats d’une étude réalisée en décembre 2018 auprès de 48 jeunes de 14 ans à 26 ans lors de l’évènement "ArTHisans" au Carrousel des Métiers d'Art et de la Création.

Du 6 au 9 décembre 2018, lors de l’évènement ArTHisans au Carrousel des Métiers d'Art et de la Création, Handiréseau a réalisé une étude auprès de 48 jeunes de 14 ans à 26 ans, dont 19 en situation de handicap.

Un manque d'information à l'école

Souvent en formation en écoles d’art ou de design, ces jeunes visiteurs sont principalement venus pour approcher des artisans et découvrir leurs savoir-faire. La majorité d’entre eux se déclarent très satisfaits de leur formation dans leurs lycées et leurs CFA. Les plus jeunes venaient s’informer sur les formations d’artisanat d’art.

Nombre d’entre eux évoquent le fait que ces métiers ne leur avaient pas été présentés au cours de leur formation initiale.

Beaucoup soulignent le manque d’information relatif à l’artisanat d’art - voire à l’artisanat tout court - mis à leur disposition en amont de leur orientation professionnelle

Lorsque l’orientation métier a été choisie par un jeune issu d’une filière générale ou à l’issue d’une réconversion professionnelle, le choix du métier d’artisan est clair, précis et assumé. En revanche, pour ceux qui ont été orientés vers l’artisanat, suite à des difficultés scolaires, cette orientation sera fréquemment subie.

Palmarès des métiers préférés 

Les jeunes en situation de handicap invités par Handiréseau sur le Carrousel des Métiers d’Art et de la Création, ont particulièrement plébiscité :

  • les métiers du bois et l’ébénisterie
  • l’art du verre et du vitrail, notamment grâce aux démonstrations d’Anaëlle Pann, MOF (Meilleur Ouvrier de France) en vitrail et peinture sur verre.

Anaelle Pann MOF verrerie

Certains ont aussi porté leur intérêt sur la bijouterie joaillerie et dans une moindre mesure sur la décoration florale. Ils ont particulièrement apprécié de pouvoir assister à des démonstrations de savoir-faire artisanaux, et de rencontrer des artisans passionnés. Certains citent aussi le fait d’avoir été accueillis et reconnus par des professionnels, et par les enseignants et étudiants rattachés des établissements, présents sur Carrousel des Métiers d'Art et de la Création.

Besoin de pygmalions

Les jeunes ont besoin de "prescripteurs" (parents, conseillers d’orientation, artisans présents dans leur environnement...) pour commencer à s’intéresser à une orientation possible et se renseigner sur les filières

Ceux dont les familles ont compté des artisans, sont davantage enclins à se renseigner et à choisir ces filières. Chez les jeunes en situation de handicap interrogés, 11% s'intéressent à l'artisanat "parce qu'il y a un artisan dans la famille"

Souvent souligné dans les questionnaires : "je ne connais pas les métiers de l’artisanat"...

Quels sont les freins ?

L’étude a identifié plusieurs freins à l’accès des métiers de l’artisanat.

  • Pour les jeunes eux-mêmes

Ces jeunes et leurs proches évoquent les difficultés à se repérer pour sélectionner une formation.

Certains jeunes en situation de handicap craignent que leurs difficultés liées à leur situation de handicap les pénalisent dans l’apprentissage d’un métier d’artisanat, ce qui est souvent un préjugé.

Les jeunes en situation de handicap ont du mal à trouver un stage de validation du cursus ; les artisans exercent fréquemment leur métier seul et sont réticents à accueillir un jeune TH qui, selon eux, leur demanderait trop d’investissement.

Certains souhaitent s’orienter vers des métiers d’artisanat dont les formations leur sont inaccessibles géographiquement ; par défaut, ils se réorientent vers d’autres métiers d’artisanat, mais c’est alors un choix par défaut

  • Pour les écoles et CFA

Les CFA hésitent à accueillir des jeunes en situation de handicap, par crainte de "faire baisser la notation de l’établissement". En effet, sans stage, les jeunes TH ne peuvent valider leur diplôme

Pour un enseignant, une classe avec un ou plusieurs élèves en SH semble difficile à "gérer". Un professeur interrogé relate que "lorsque la proportion d’élèves en situation de handicap est très élevée (jusqu'à 6 élèves en situation de handicap sur 12) la situation est impossible à gérer". Ces derniers requièrent souvent beaucoup d’attention de la part des enseignants, ce que les élèves valides vivent mal. Pire : certains se sentent dévalorisés, ou discriminés, parce qu’ils sont dans une classe qui accueillent des élèves handicapés...

Les établissements rencontrent par ailleurs des difficultés à trouver des maitres d’apprentissage pour les jeunes porteurs de handicap.

Les personnes en reconversion évoquent, elles, les difficultés de financement d’une formation d’artisanat d’art.

  • Pour les parents

Ils insistent tous sur le peu d’information, et la difficulté à identifier les interlocuteurs susceptibles de les aiguiller. Ils ne savent pas à qui s’adresser (ils reconnaissent cependant que le Carrousel est une belle occasion pour recueillir des renseignements).

Les parents de jeunes en situation de handicap ont des difficultés à identifier les filières ouvertes à leurs enfants et cherchent à obtenir des informations sur les formations handi’accueillantes. Ils ne connaissent que rarement les CFA et leurs spécificités.

La méconnaissance et la peur du handicap dans les écoles et CFA (peur de perdre du temps, craintes liées au handicap) fait hésiter les parents à inciter leur enfant à se lancer dans une formation liée à l’artisanat….(ex. une maman d’un garçon autiste évoque des difficultés liées à l’encadrement de certains professeurs qui vont s’adresser à son fils comme à un enfant attardé alors qu’il ne souffre que de troubles à spectre autistique).

www.handireseau.fr

Partager :

Fil infos

| 15/01 | 17:00 |
Questions-réponses
| 15/01 | 16:45 |
Décryptage
| 15/01 | 16:15 |
En pratique
| 15/01 | 12:30 |
Consultation publique
| 14/01 | 16:00 |
Communication 2.0