Bâtiment

Succès de MaPrimRénov : 850 000 demandes prévues d'ici la fin de l’année

Le 18/06/2021
par Laëtitia Muller
850.000 primes devraient être distribuées en 2021 au titre de MaPrimeRénov'. Le dispositif, qui enregistrait déjà 180.000 demandes à la fin du premier trimestre 2021, continue sur sa belle lancée et… bénéficie d’une rallonge budgétaire.
Partager :

Une prime qui remplace le CITE

Depuis le 1er janvier 2021, le dispositif MaPrimeRénov a remplacé le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE).

→ Son objectif est d’aider les particuliers à financer leurs travaux de rénovation énergétique.

Côté pratique, le montant de MaPrim’Rénov dépend de nombreux critères parmi lesquels la nature des travaux, le niveau de ressources ou encore la localisation.

Reste ensuite à :

  • Choisir ses travaux et obtenir un devis ;
  • Évaluer le montant de l’aide sur le site dédié
  • Débuter les travaux et obtenir une avance si on le souhaite ;
  • Percevoir la prime en 2 à 3 semaines.

Des conditions d’accès élargies

Initialement destinée aux ménages avec des revenus "modestes", la prime a, dès janvier dernier, été étendue à tous les propriétaires et copropriétaires. À partir du 1er juillet 2021, les propriétaires bailleurs peuvent en profiter également.

Qui dit plus de bénéficiaires dit plus de primes et donc d’argent…

Président de l'Agence nationale de l'habitat (Anah), qui gère le dispositif, Thierry Repentin a assuré lors d'un colloque de l'Agence qualité construction, le 17 juin 2021, que « 850.000 primes devraient être distribuées en 2021 ».

Dans un tweet, publié le même jour, l’Anah a annoncé que le budget de cette prime est porté à 2,2 milliards d’euros (contre 1,7 jusqu’alors). La rallonge est financée par l’État.

Un optimisme calculé

La barre des 850.000 primes pour 2021 semble accessible. Outre l’extension des bénéficiaires en juillet, le dispositif MPR pourra compter, à cette même date, sur la suppression des "coups de pouce" isolation et chauffage. Fini donc les combles à 1 euro !

Il est également probable que le Gouvernement table sur la future obligation liée à la loi climat. Elle impose d’avoir recours à un "accompagnateur" au-delà d’un certain seuil de prix. Nul doute que celui-ci pourra transmettre au client sa vision globale de la rénovation.

→ D’une pierre deux coups : le Gouvernement augmenterait le nombre de primes, et donc de travaux réalisés, et tordrait le cou à la critique qui lui est régulièrement faite de générer des rénovations uniques.

Les grandes enseignes du bricolage font de ce dispositif un argument de vente. Aux artisans de jouer et de se distinguer par leur savoir-faire, leur singularité et leur proximité.

Partager :